LE GRAND PRIX LITTERAIRE DU GOLF

L’idée de créer un concours littéraire dédié au golf est venue un soir d’automne en période de couvre-feu dans cette guerre très spéciale contre un virus aussi invisible que meurtrier.

C’était une idée lancée comme une balle de golf vers une cible improbable.

Où allions-nous dans ce concept unique en son genre ?

Quoi ? La littérature pourrait s’allier au sport ? Quelle ineptie pour certains… Et pourtant, Tristan Bernard, avant tous les autres, avait eu cette idée d’une association de la littérature avec le sport. Dramaturge et arbitre de boxe, grand littéraire et directeur d’un vélodrome, il créa en 1931 l’Association des Ecrivains Sportifs. Grâce à ses lauréats prestigieux et consacrés par leurs livres tels Frison-Roche, Nucera, Echenoz, Tristan Bernard n’eut de cesse à concilier deux mondes supposés contraires.

Ainsi, notre idée a plu et a généré auprès de passionnés du golf et des livres l’envie d’aller plus loin, plus haut, l’envie de créer le premier concours de nouvelles dédiées au golf.

Et nous avons rédigé le règlement, réuni les membres du jury, choisi un président, contacté les sponsors, réparti les lots.

Il fallait qu’il se nomme Grand Prix car ce serait le premier du genre.

Un ovni dans notre monde ultra-balisé, codifié, réglementé.

Les auteurs ont répondu présents : 35 participants, 41 textes.

Les membres du jury se sont réunis en visioconférence le 1er juin afin de déterminer qui seraient les 3 lauréats. Et derrière les codes dissimulant leur identité, nous avons découvert des personnes férues de littérature… et de golf.

Le Premier Prix a été décerné à Monsieur François VARAY de PLOUHA (22) pour

« TRENTE ANS ET DEUX JOURS », une belle histoire pour un retour au golf

Le Deuxième Prix a été décerné à Madame Dominique ARMAND-SCHAAR de PARIS (75016) pour

« BAAAAALLE », un moment savoureux de suspens et d’humour.

Le Troisième Prix a été décerné à Monsieur Pierre CHAUDESAYGUES de BOULOGNE-BILLANCOURT (92) pour

« JE NE SUIS PAS UNE CATIN », ou le conciliabule d’un balle de golf qui ne se laisse pas faire.

François Varay, Premier Prix
Pierre Chaudesaygues, Troisième Prix
Les organisateurs, Nicolas Grenier et Patrick Bédier, le président du jury, Jacques Setbon et deux lauréats ayant pu se déplacer, Pierre Chaudesaygues et François Varay lors de la remise des prix le 6 juillet 2021

Les nouvelles sélectionnées seront toutes publiées dans le numéro de septembre de FAIRWAYS MAG.

L’aventure continue car plus que jamais, nous avons prouvé que la littérature pouvait s’associer au sport, au golf…

Prochaine saison à l’automne pour 2021-2022

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s